Japon #16 : Kyoto, le Pavillon d'or et le Pavillon d'argent...

19 septembre 2013



 
Bon on est bien d'accord, ça craint sérieusement du boudin cette histoire de blog, de voyage au Japon, de photos à vous montrer et de choses à vous raconter... !
Soyons pragmatiques : je suis d'une régularité désastreuse! 
Plus d'un an après, je n'ai toujours pas fini de présenter à ma famille, à mes amis, et à tous les bienvenus inconnus qui passent par là mon truculent voyage au Japon, et encore une fois soyons pragmatiques : ça frise maintenant le ridicule!
Bien souvent, je dois faire des efforts surhumains (oui oui toutafé mon brav' monsieur, sur-hu-mains) pour retrouver l'ordre précis dans lequel nous avons fait les choses, les petites anecdotes, les petits toussa toussa qui font que ce voyage a été si chouette. 
Et puis bon, en toute honnêteté, je n'ai presque plus envie de continuer... 
Ça fait tellement de mois qu'on y est, c'est long, c'est long...
Je l'fais parce que c'est toi mon brav' monsieur mais tu sais, ça prend du temps, beaucoup de temps, même! 

J'aimerais voyager encore, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie...
Loin loin loin, au bout du monde, très longtemps, et puis tout près tout près tout près, dans le village juste à côté, pour seulement quelques minutes...
J'aimerais photographier des merveilles encore, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie...
J'aimerais voir de nouvelles choses, écrire de nouveaux mots, imaginer de nouvelles aventures et entendre de nouveaux sons, encore, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie...
Mais ce serait incorrect de ne pas terminer le Japon, de l'abandonner comme un malheureux...

Je crois que je vais balancer les dernières photos comme ça, presque sans texte (si j'y arrive, parce qu'il paraîtrait que je suis une vraie pipelette et que j'ai du mal à fermer ma bouche, selon les dires d' un nombre assez conséquent d'une poignée de personnes...).
Je crois que tout le monde s'essouffle un peu trop dans cette histoire.

Ah oui et aussi : je crois que je vais commencer une petite cagnotte, des fois que vous vouliez contribuer à mon prochain voyage (huhuhu, ce que je suis drôle)! 
Eh! C'est pour le bien du blog que je vous dis ça vous savez! Moi c'est pour vous hein, pas pour moi vous pensez bien! 
Faites pas vos radins quoi, allez, vous serez contents de lire mes prochaines pérégrinations!
Non? 
Vraiment?
Z'êtes pas d'accords?
Oh la laaaaa, c'est boooon, ça vaaaaa, pas la peine de prendre cet air outré, si on peut même plus plaisanter maintenant!

Allez, aujourd'hui je vous emmène à Kyoto, visiter deux sites mondialement connus, mondialement clichés, mais mondialement enchanteurs... 
Je vous emmène au Pavillon d'or et au Pavillon d'argent !
Ils font rêver ces doux noms, n'est-ce pas?
Kinkaku-ji...
Ça vient sonner dans mes oreilles comme une jolie mélodie...
Ce temple qui flotte au milieu des eaux, ces couleurs mi-vives mi-effacées, ce jaune ce bleu ce vert dans toutes les déclinaisons, ce "monument-bijoux" posé là, au milieu de nulle part, cette atmosphère feutrée et grandiose à la fois, recueillie, intime et solennelle, mais impersonnelle et distante en même temps... 

Il faut bien dire qu'en plus de tout ça, ce lieu représentait un petit quelque chose pour moi, un petit quelque chose en plus. 
J'y allais comme pour m'y recueillir, comme pour constater qu'effectivement, c'était bien là que j'étais, dans ce lieu magique, exactement au même endroit, vingt-trois ans auparavant, bien au chaud dans le ventre de ma maman qui était venue jusqu'ici pour chanter... 
J'ai toujours connu cette photo de ma mère devant le Pavillon d'or, le ventre à peine arrondi ; je me suis toujours dit que c'était fou de pouvoir capturer un instant de vie rien qu'en appuyant sur un bouton, que c'était fou d'être là, vivante, et d'être le témoin "d'avant que j'existe" ; j'ai toujours regardé cette photo en me disant que c'était fou toutes ces générations qui passaient là, devant un même temple immobile depuis tant d'années, toutes ces générations qui posaient là, exactement au même endroit ; je me suis toujours dit que c'était fou, ma mère devant le Pavillon d'or, et moi juste là et invisible.


Je devais le sentir, depuis tout ce temps, quand je regardais cette photo, que moi aussi j'allais un jour passer là, devant ce temple immobile, et poser là, exactement au même endroit... 
C'est fou tous ces lieux qui semblent nous appartenir, comme si nous étions les seuls à les posséder dans nos mémoires, les seuls à les avoir vus un jour, et qui en réalité font partie de notre patrimoine commun et de notre conscience collective...
Bref... 
Nous sommes allés au Kinkaku-ji :




Et puis au détour d'un chemin, de quelques bosquets et de beaucoup de japonais...
















En route maintenant vers le Pavillon d'argent, moins grandiose et voluptueux, moins "réputé", mais tout aussi agréable à visiter...
Pour s'y rendre, nous empruntons le "sentier de la philosophie". Tout un programme.


Puis nous arrivons au Pavillon d'argent :




Dur dur, à Kyoto, nous vivons les jours les pires en terme de chaleur et d'humidité...
Chaque pas est un peu comme un obstacle franchi, il fait 48°C, nous sommes accablés et trempés. Sensation particulièrement frustrante d'être si mou et feignant physiquement, alors que mentalement, nous n'avons qu'une seule envie, courir pour voir le plus de choses possibles!





Avant d'entamer le chemin du retour, toujours par le "sentier de la philosophie" - parfait car très calme et ombragé - nous nous arrêtons pour goûter le fameux choux à la crème de thé vert!


Et puis une affiche digne de la folie japonaise, qui m'a beaucoup fait rire!
Attends, Leonardo a quand même mangé une glace ici quoi! Et donc bien-sûr, sur une rue remplie de marchands de glace, il n'y en avait qu'un qui ne désemplissait pas, c'était celui-là!
Ces japonais...



Après une grosse et chaude journée, retour dans nos appartements de Kyoto, nos appartements high-tech avec climatisation (Alleluia ), toilettes qui mériteraient un article à eux tout seuls, et salle de bain plutôt agréable, qui m'a permis de suivre les JO depuis mon bain moussant : jugez plutôt!



J'espère que vous avez apprécié cette petite journée à Kyoto !
A bientôt les haricots !
Léo 



ET PENDANT CE TEMPS, SUR INSTAGRAM...

© Moi je pérégrine. Design by Fearne.