Sept petits bonheurs par semaine...

13 octobre 2013



Parce que les jours passent souvent bien trop vite,
et que nous ne prenons pas forcément le temps de regarder, d'admirer, d'observer, 
de s'émerveiller de ce qui nous entoure,
de rire et de sourire de trois fois rien...

Parce que parfois tout est sombre et noir autour de nous,
et parce que ces jours là, nous préférerions nous asseoir par terre,
 et attendre inertes que le temps passe...

Parce que dans la vie c'est tellement plus facile quelquefois,
de colorer le ciel en noir plutôt qu'en rose à paillettes...
Parce que c'est terriblement plus simple de se plaindre de ce qui ne va pas,
que de se réjouir d'une petite chose toute bête...

Parce qu'autour de nous, il arrive que les gens qu'on aime soient malheureux, 
et parce qu'on préférerait les voir bondir de joie...

Parce que chercher le bonheur autour de nous,
ça peut devenir tout un art,
et parce que le trouver dans un sourire d'enfant, 
dans un reflet de vitrine,
dans un rayon de soleil,
dans un éclat de rire,
dans une larme d'émotion,
c'est toute une pérégrination...
(Et parce qu'ici, on pérégrine!)

Parce que le bonheur, ça se cultive et s'entretient,
comme une belle fleur que l'on ne voudrait jamais voir faner...

Parce que "tout ça",
j'ai décidé d'arroser mes journées d'un peu d'une eau magique,
d'une eau parfumée à la félicité.

J'ai décidé de me forcer,
à faire pousser la petite fleur du bonheur,
en observant chaque jour ce que beaucoup ne prennent pas même le temps d'imaginer.

J'ai décidé de noter chaque jour, dans mon "petit carnet des bonheurs",
ces toutes petites choses qu'on ne remarque souvent même pas,
mais qui nous font constater, quand on prend le temps de s'y arrêter,
que la vie est belle et toute pleine d'arcs-en ciel...

Dimanche : s'arrêter au milieu d'un passage piéton, prendre le temps de photographier le coucher de soleil à travers les beaux immeubles parisiens, et répondre par un sourire aux grognements des passants qui trouvent que je ne marche pas assez rapidement...

Lundi : être assise au deuxième rang à Bastille, être émerveillée par tout ce qui fait cet endroit [comme d'habitude], et admirer LA chef d'orchestre Susanna Mälkki agiter ses bras devant mes yeux... 

Mardi : recevoir chez moi les deux japonaises les plus adorables de l'archipel, qui m'ont cuisiné de délicieux okonomiyaki et offert une jolie petite grue en origami, tout un symbole...

Mercredi : retrouver de vieux photomatons au fin fond de mon ordinateur, me souvenir de ce jour, de cette époque, et rire toute seule de nos bêtises... 

Jeudi : passer l'après-midi avec mon papa, rater l'exposition temporaire sur Frida Kahlo au Musée de l'Orangerie mais prendre un thé tout chaud, et comme chaque année, réaliser le rituel tirage au sort qui régit la distribution des cadeaux de Noël de la famille, bien s'amuser, photographier le tout et l'envoyer à tous les tontons-taties...

Vendredi : allumer mon téléphone et lire la plus belle nouvelle de la semaine, sans y croire tout de suite tant la surprise est grande...

Samedi : profiter d'une soirée solitaire pour lire l'une des plus chouettes BD de tous les temps, sous la couette, avec une tisane et quelques chocolats... Merci Boubou!


Et puis très vite, la fin du périple japonais.
Mais vous savez, c'est comme les bons livres que l'on ne veut jamais terminer,
on traîne et lambine pour faire durer le plaisir...
Oui car dans deux articles, le Japon sera fini.
Hiroshima, Miyajima.
Et voilà.













ET PENDANT CE TEMPS, SUR INSTAGRAM...

© Moi je pérégrine. Design by Fearne.