Japon # 2 : visite du quartier d'Asakusa

30 août 2012




Aussitôt arrivés à Tokyo, après avoir récupéré des effets du somnifère, déposé nos bagages dans notre nouveau chez nous (un mini studio à 6-7 minutes à peine du métro) et pris une bonne douche, nous voilà partis à la découverte de notre quartier, le quartier d'Asakusa.
A ce stade là, nous sommes relativement morts, le décalage horaire commence à se faire sentir, et par dessus le marché, nous sommes saisis par une chaleur et une humidité à laquelle nous n'avons jamais été habitués en France. On nous avait prévenus, mais c'est toujours différent quand on le vit pour de vrai !
Pour ne pas trop nous épuiser pour cette première visite, nous décidons de ne pas aller trop loin, et coup de chance, dans notre quartier se trouve l'un des lieux touristiques les plus visités et les plus célèbres de Tokyo : le fameux temple Sensô-ji !
C'est très curieux cette sensation, se retrouver devant un bâtiment que l'on n'avait alors jusque là vu qu'en photos...
Premier vrai dépaysement, premier coup de magie, premiers vrais japonais qui grouillent de partout, premier "whaou la vache, on est au Japon" ! 
Pas le choix au Japon, on entre dans leur pays, leur culture, leurs traditions et leur quotidien comme on plongerait dans une piscine ; immersion totale, et immersion brutale ! Fantastique !

Nous voici donc postés, pieds joints et un peu abasourdis devant la Porte Kaminarimon, grand portique rouge (relativement impressionnant quand on voit ce type d'architecture pour la première fois) qui marque l'entrée sur la Nakamise dori, soit une longue rue commerçante et touristique qui s'étend donc de la Porte Kaminarimon à une autre porte, la Porte Hozomon. Ce n'est qu'après avoir franchi cette dernière porte que nous pénétrons dans l'enceinte du fameux temple Sensô-ji...




Porte Kaminarimon









Si y sont pas trognons ceux-là franchement !

Nakamise dori


 


Les étals des multiples boutiques de la Nakamise dori

Fin de la Nakamise dori, arrivée sur la Porte Hozomon

Porte Hozomon

 Après avoir passés la porte Hozomon, nous arrivons donc dans le lieu sacré du temple Sensô-ji.
Très rapidement et sans trop réfléchir, nous nous prêtons tout de suite au "jeu" et à notre tour, nous suivons les japonais dans leurs traditions sacrées. 

Après avoir déposé 100 yens (c'est à dire environ 1 euro) dans la boî-boîte (ça c'est comme en France, y'a pas de problèmes, dès qu'on peut faire payer les gens, on hésite pas ; chez nous c'est les cierges, ici c'est ça, haha), nous prenons une petite caisse métallique remplie de baguettes en bois dans nos mains. 
On la secoue bien fort - pour que ça fasse beaucoup de bruit - et dans le même temps, on se concentre et s'applique consciencieusement pour faire un vœu. 
Après quoi nous retournons la caisse et en retirons, au hasard, une baguette en bois. Sur cette baguette en bois est inscrit un numéro, qui nous servira alors à retrouver le tiroir associé, c'est à dire le tiroir portant le même numéro que la baguette. Inutile bien-sûr de préciser que des centaines de tiroirs s'étendent devant nos yeux. Alors si comme Léonore, vous ne lisez pas le japonais, prévoyez quelques heures et gardez votre calme! :)
Une fois notre tiroir trouvé et ouvert, nous en retirons une feuille de papier qui nous indique si notre voeu sera exaucé ou non, et qui nous fait part de bons ou mauvais présages... 
Suspense, roulement de tambour...
La tradition veut bien évidemment que l'on se débarrasse de notre papier s'il est porteur de mauvais présage, mais qu'on le plie et l'accroche à l'endroit prévu à cet effet s'il est porteur de beaux et heureux présages !









Comme à l'entrée de chaque lieu sacré, une "fontaine" est placée pour que l'on puisse purifier ses mains et sa bouche......

Puis derrière le temple, nous avons continué notre visite dans un petit jardin à la japonaise, d'où nous avons pu contemplé la célèbre pagode à cinq étages, ainsi que la vie qui bâtait son plein dans cette ville si contradictoire, où histoire et traditions se mélangent sans cesse à la modernité et au renouveau...









Pagode à cinq étages




 Après la visite de cet endroit fascinant, nous avons pris le chemin du retour, en passant par les petites rue tokyoïtes, ainsi que par un konbini (Qu'est-ce qu'un konbini?) où nous avons fait nos courses pour les jours suivants, et avons eu par la même occasion l'immense chance de goûter à la boisson la plus immonde jamais bue jusqu'alors : une sorte de thé d'apparence très attirant (jolie couleur, se boit très frais, parfait quand il fait très chaud), mais au goût indescriptible, un mélange d'orge et de sarrasin, d'une amertume écœurante, mais dont TOUS les japonais sans exception raffolent, petits et vieux, hommes et femmes, froid ou chaud !!!
Comme quoi les goûts s'éduquent véritablement...



Dans les restaurants, les plats sont toujours exposés en vitrine... Curieux mais très pratique! ;)



ET PENDANT CE TEMPS, SUR INSTAGRAM...

© Moi je pérégrine. Design by Fearne.