Japon # 11 : visites et promenades hors de Tokyo... Kamakura & l'île d'Enoshima

20 novembre 2012

Oui, oui, oui... Nous savons : "ce n'est pas trop tôt" ! 
C'est ça que beaucoup d'entre vous se disent n'est-ce pas ? :)
Les amis, nous sommes débordés et un peu dépassés par les jours qui filent à une vitesse impressionnante... Un peu comme tout le monde en réalité ! Nous sommes navrés de ne pouvoir vous faire vivre nos pérégrinations japonaises aussi vite que nous le souhaiterions... 
Mais voici tout de même un petit article, pour vous narrer la suite de nos aventures !

Aujourd'hui, nous quittons Tokyo, et nous amarrons d'abord à Kamakura, puis à l'île d'Enoshima pour terminer la journée.
Légèrement fatigués par ce gros début de voyage effectué à une cadence soutenue, ainsi que par l'agitation frénétique de la capitale, nous décidons de nous excentrer un peu et de partir à la conquête d'horizons plus bleus, plus verdoyants, plus reposants...
Et nous vous embarquons avec nous !





Capitale du Japon de 1192 à 1333, Kamakura est associée depuis des siècles au bouddhisme zen arrivé tout droit de Chine. Aujourd'hui, localité traditionnelle pleine de charme, Kamakura demeure une ville résidentielle calme et recherchée par les salariés pour sa qualité de vie et ses loyers moins élevés qu'à Tokyo!
Elle se situe à environ 50 km au sud de la capitale, est entourée de collines boisées, et descend en pente douce jusqu'à la mer ; il s'agit en fait même du premier contact avec cette dernière quand on vient de Tokyo en allant vers le sud.
Et ça tombe bien parce que la mer, c'est un peu ce que nous cherchions !
Mais aux beaux jours, les plages attirent des foules de citadins heureux* qui viennent passer leurs vacances, nager, voguer sur des planches à voiles et prendre un bon bol d'air marin.
* Et ça en revanche, ce n'était pas forcément ce que nous recherchions du tout...
Mais bon ne chipotez pas hein, dites donc, nous vous entendons râler derrière votre écran d'ordinateur! Vous n'avez encore rien vu !
Certes, nous partions avec en tête la petite idée de feignasser un peu, mais nous ne nous arrêtons pas au premier obstacle venu, non mais !
Du monde à la plage ? Qu'à cela ne tienne, nous ferons trempette à la fin de la journée ; en attendant, nous allons continuer sur notre lancée pérégrinesque, et nous allons vi-si-ter !
Vous voilà rassurés n'est-ce pas ?

Allez, c'est parti : enfilez vos maillots de bain sous les shorts et robes légères, munissez-vous de crème solaire et de bonnes chaussures, et nous partons !

Après quelques minutes/heures de métro, de re-métro, de train et de re-train, nous voilà arrivés en gare de Kamakura.
Nous ne restons qu'une journée et avons également l'intention de faire escale sur l'île d'Enoshima, alors nous la jouons efficace et décidons de centrer notre visite de la ville sur LA chose à ne pas manquer : le Daibutsu, qui signifie "Grand Bouddha". Cette énorme sculpture de bronze aux reflets vert métallique mérite et porte bien son nom, puisqu'il s'agit de la deuxième plus grande statue du Bouddha au Japon, après celle de Nara (oui oh ça va hein, faites pas les malins là, à vous dire que nous n'avons vu que la deuxième plus grande, parce que nous avons AUSSI vu la première, eh oui, ça vous en bouche un coin ça hein?!? --> vous la découvrirez dans un prochain épisode... Suspense, suspense, il va falloir continuer à nous lire si vous voulez le voir, le fameux Bouddha de Nara! haha).
Symbole de la ville et construite en 1252, cette statue du Bouddha - défiant par sa solidité typhons et tsunamis - représente Amida butsu, bouddha de la lumière éternelle, assis en lotus avec la position caractéristique des mains qui se rejoignent par les pouces et la deuxième phalange des index. Cette statue pèse 122 tonnes (un petit régime Amida peut-être?) et mesure 11,4 mètres de haut... 

Voilà donc notre arrivée à Kamakura, et la découverte de cet imposant Bouddha, tout en paix et en grâce, que nous étions impatients de rencontrer...





Se purifier les mains avant d'entrer sur le territoire sacré du Daibutsu de Kamakura : un passage obligé ! Sauf que sur cette photo, constatez-le, Léonore, elle n'a rien compris, puisqu'elle se purifie les mains, dans l'eau sacrée... Normal... !!! C'est à dire qu'elle a pollué l'eau sacrée en fait... Voilà!

Guillaume, presque timide devant la grandeur et la majesté du Daibutsu...


"Il est beau ce Bouddha quand même..."

Quelle élégance, quelle grâce, quelle spiritualité se dégagent de cette immense statue ; on pourrait rester là à la regarder pendant des heures !

Après les présentations avec môsieur le Daibutsu, observez maintenant avec nous quelques détails : la position de ses mains, ainsi que celle de sa tête penchée, indiquent la voie de la méditation bouddhique. 
Ses yeux horizontaux mi-clos mesurent 1 mètre chacun, mais ses sourcils sont légèrement arqués. 
Ses oreilles font presque 2 mètres de haut en bas, et symbolisent la longévité dans le bouddhisme. 
"C'est pour mieux voir et entendre la souffrance du monde afin de mieux s'en détacher", répondrait n'importe quel bouddhiste présent sur le parvis de la statue...
Sa bouche, elle, esquisse le sourire énigmatique des sculptures ioniennes de la Grèce Antique, et si l'on regarde bien, on peut également remarquer qu'il porte une longue et fine moustache. 
Sa chevelure crépue, quant à elle, est composée de 656 boucles spiralées, et sur le milieu du front, entre les yeux mi-clos, un tortillon pointu entièrement en argent représente le "projecteur divin" par lequel le Bouddha émet la lumière qui illumine l'univers pour le sortir des ténèbres...

           

"Eh salut m'sieur! Dis-moi, t'es drôlement grand hein! Tu sais que je mesure 40 cm de moins qu'une de tes oreilles?"




Comme vous pouvez le voir, on peut rentrer à l'intérieur du Daibutsu par le côté, et un petit escalier permet d'atteindre la plate-forme située au niveau de son épaule. Nous n'y sommes pas allés - accablés par la chaleur démentielle et préférant garder nos sous pour un restaurant de fruits de mer typique de l'île d'Enoshima - mais la sensation de se retrouver à l'intérieur du Bouddha est paraît-il très curieuse. Cependant, le plus important n'est-il pas ailleurs, en dehors de la matière et du bronze? N'est-ce pas justement là le message à décrypter en contemplant cette admirable statue? A méditer...

Pendant ce temps, pour Guillaume, la méditation semble être à son comble !

Il fait chaud, pardonnez-nous nos têtes désœuvrées...!


Le Grand Bouddha une fois quitté et arraché à nos yeux, nous retournons à la gare de Kamakura pour emprunter ce charmant et pittoresque petit train, qui nous emmènera à l'arrêt d'après, de l'autre côté du pont que nous traverserons pour accéder à la petite île d'Enoshima...



Voilà, bah comme ça, on est prévenus, ici, les tsunamis, c'est un peu comme les averses chez nous...




Reliée à la terre par un isthme sablonneux et étroit enjambé par le pont Benten (celui-là même que nous avons traversé à pied et que vous pouvez voir sur la photo juste au dessus), cette petite île mesure environ 4 km de circonférence ; c'est en fait une colline entourée par la mer.
Tout de suite en arrivant par le pont Benten, nous trouvons sur le quai principal du village , au pied de la colline, une ribambelle de petits restos de fruits de mer et d'éventaires couverts de poissons et de coquillages... Dit comme ça, on est d'accord, ça fait rêver! 
Tous les guides touristiques nous vantent les produits très frais de la pêche (ça c'est vrai), les prix sages (ça c'est vrai aussi) ET les saveurs exquises (ça par contre, comment vous dire... ce n'est relativement pas vrai, quand on est français et qu'on n'a pas l'habitude de ce type d’alimentation... pas vrai du tout même! héhé).
Pour ceux qui nous ont suivi sur Facebook, vous vous souviendrez peut-être de cette aventure gustative ; pour les autres, nous vous laissons découvrir en images ... 
Quoi qu'il en soit, la découverte d'un pays passe aussi  - et nous irions même jusqu'à dire avant tout - par ses habitudes et traditions culinaires ! Même si cette cuisine de mer n'était pas tout à fait à notre goût, nous sommes contents de l'avoir essayée, et nous gardons de ce repas un souvenir très amusant et épique !


"Voyons, voyooons... Par quoi vais-je bien pouvoir commencer pour garder le truc le moins pire pour la fin...?"

Alors ça voyez-vous les amis, de loin, ça ressemble à du soja ! Alors on ne se pose pas de questions...     Mais de près : "- C'est marrant Guillaume ces petits points noirs, t'as vu? On dirait des yeux. - Ben... Oui, C'EST des yeux... - Ah..." Voilà, donc ça par exemple, ce sont de petits poissons, mais il se trouve que ça a été assez dur à avaler... Parce que manger des yeux, à Léonore, ça lui a fait comme des frissons dans le dos :D Bien entendu, il y avait également au menu toutes sortes de poissons crus au goût extrêmement fort, des espèces de choses inconnues à la texture visqueuse et baveuse, et tout ce genre de choses dont les japonais semblent raffoler ! Curieuse et très rigolote expérience ! :)

En tous les cas, ce qui est certain, c'est que comme partout au Japon, les gens sont d'une gentillesse à toute épreuve : en sortant du restaurant, le patron nous a adorablement proposé de nous prendre en photos, et il nous a même fait rire pour que l'on soit les plus souriants possible (il a certainement dû remarquer qu'il restait beaucoup de choses dans nos assiettes... ^^).

Après ça, nous sommes repartis de plus belle pour une très agréable promenade jusqu'au sommet de la colline, à travers des ruelles étroites et pentues... 
Et le clou de cette balade, ça a sans doutes été l'arrivée là-haut, ruisselants de sueur, sous cette chaleur évidemment encore plus humide qu'à Tokyo, et la récompense que nous nous sommes offerts : une énoooorme et très bonne glace délicieusement froide, devant le paysage qui s'étalait devant nous ! 
Et puis pour profiter de la vue d'une manière encore plus impressionnante, nous sommes montés au sommet de la tour d'observation du phare...

Suivez le guide !!!




C'est l'heure de la glace... :)

Le pont des arts d'Enoshima ??? :) On va être obligés d'y retourner pour laisser notre cadenas je pense! (Vous avez remarqué que nous nous trouvons toutes les excuses possibles et imaginables pour être obligés de retourner au Japon?)








Après être redescendus de cette jolie colline, nous avons profité de la fin de l'après-midi pour s'installer quelques temps sur la plage : première baignade dans l'océan Pacifique de nos vies ! Émotion, émotion !
Nous sommes désolés de ne pas avoir de photos de cet épisode farniente/trempette... il y avait beaucoup de monde et beaucoup de sable... trop pour notre bel appareil photos tout neuf !


Sur ces belles pâquerettes japonaises, nous vous disons à la prochaine pour une nouvelle étape de notre voyage...





ET PENDANT CE TEMPS, SUR INSTAGRAM...

© Moi je pérégrine. Design by Fearne.