Japon #12 :Tokyo, en long, en large, en travers !

2 mai 2013


Bonjour les amis !

Aussi dingue que cela puisse vous paraître, me voilà de retour pour vous conter la suite de nos aventures nippones de l’été dernier.
Eh oui, le temps passe décidément très vite, et l’arrivée des beaux jours (quand ils ont envie de s’installer un peu) me rappelle à quel point je suis en retard dans le planning que j’avais initialement instauré pour le « racontage » de ce beau  voyage !

J’espère que je ne vous ai pas tous perdus en route, que vous n’en avez pas ras la casquette du Japon, et que vous allez continuer de suivre tout ça avec autant d’intérêt et de bonheur que j’en prends à vous le montrer et raconter…

 Bon, pour tout vous dire et être tout à fait honnête avec vous : je suis pressée que Tokyo se termine, pour pouvoir enfin vous montrer Kyoto, ses alentours, et toutes les merveilles que nous y avons vu ! Je trépigne d’impatience d’en arriver là, même !
Et je dois dire que cela tombe relativement bien, puisque notre périple tokyoïte s’achève tristement bientôt.

Après déjà presque deux semaines dans la capitale, nous sommes bien fatigués par son énergie folle et incessante ainsi que par le rythme frénétique que nous avons suivi depuis notre arrivée au Japon ; et puis il est vrai que nous avons, à ce stade du voyage, déjà visité les sites qui nous paraissaient absolument et incontestablement immanquables.
La chaleur et l’humidité accablantes ne semblant, en outre, pas vouloir nous laisser de répit, notre philosophie du « toujours plus de visites, encore plus de découvertes » s’est légèrement laissée distancer par l’envie de lézarder et de prendre enfin notre temps.
Les 2-3 derniers jours qu’il nous restait à passer à Tokyo, donc, nous les avons moins planifiés et organisés, nous nous couchions en ne sachant pas du tout ce que nous ferions le lendemain, et soyons clairs, cette façon de faire a du bon aussi, elle laisse un goût de liberté certain, ainsi que l’occasion délicieuse de penser fièrement : « je suis à l’autre bout du monde, tiens tiens, qu’est-ce que je vais faire, voir et découvrir aujourd’hui ? ».
Moins organisés, mais aussi moins pressés et moins boulimiques de chosesàvoirabsolumentsinonjepleure ! 
Moins accrochés à l’appareil photos, également, puisque nous repassions alors beaucoup par des quartiers que nous avions déjà visités ou simplement traversés… autant que vous le sachiez tout de suite !

Ces 2-3 derniers jours, il m’est même presque impossible de me souvenir dans quel ordre nous avons fait les choses… c’est dire !
Aujourd’hui (et dans les jours qui viennent), je vais donc vous exposer dans un ordre qui n’est probablement pas le bon, les dernières des choses que nous avons vues à Tokyo : le quartier d’Ueno et ses musées, le quartier d’Asakusa, le quartier de Ghinza  et le quartier d’Odaïba, mais aussi une balade en dehors de Tokyo, dans la petite banlieue campagnarde de Nishikokubunji  !
(Attention, à la fin du périple Tokyoïte, interrogation écrite sur les noms de quartiers et de villes ! Ah non mais je ne rigole pas avec ce genre de choses moi hein, faites gaffe !).




Commençons par ce quartier-île totalement artificiel qu’est Odaïba.

Aménagé sur des terrains gagnés sur la mer, il fait face à la baie de Tokyo et y est relié par le célèbre Rainbow Bridge, ce pont gigantesque qui nous rappelle NYC (oui, non effectivement, je ne suis jamais allée à New York, ça va ok, pas la peine de se moquer, non mais ! Ça viendra d’abord, un jour j’irai à New York , et là, ce sera BIM dans vos dents !).

A Odaïba, nous sommes plongés vers les architectures et les modes de vie de demain, plongés au cœur de la folie japonaise !
Et pourtant, ce lieu est devenu l’un des plus romantiques de la capitale, accueillant tout le weekend des milliers de couples venus contempler, de nuit, le Rainbow Bridge brillant de mille feux depuis la promenade aménagée.
Nous n’avons pas manqué à l’appel, et c’est après une après-midi de vadrouille dans l’un des centres commerciaux les plus gigantesques et les plus farfelus du quartier que nous avons dégoté l’appareil pour poser devant l’objectif, sourire crispé aux lèvres et baie de Tokyo en arrière-plan !

Cette soirée-là, nous l’avons terminée dans un restaurant de sushis, un vrai, c’est-à-dire pas comme nos boui-bouis français quoi (dont je suis totalement friande malgré tout, ne vous méprenez pas).
Une expérience culinaire folle : des goûts impressionnants, parfois même totalement déconcertants, les goûts « de la mer » décuplés, tandis que nos hôtes s’affairaient en cuisine (c’est-à-dire directement derrière le bar sur lequel nous étions attablés) devant nos yeux intimidés et complètement dépaysés !
Le prix en valait le détour, c’est certain !


Et pour se rendre à Odaïba, voici, à mon sens, le moyen de transport le plus chouette : la ligne de métro privée Yurikamome, entièrement automatique, qui monte et qui descend, qui sinue et virevolte au-dessus des eaux, offrant de surprenants panoramas sur la baie, des plongées et des angles inattendus, et proposant un panel relativement exhaustif des bâtiments les plus futuristes de Tokyo... Un véritable manège !




A l'intérieur du centre commercial... jour de pluie oblige!





L'heure du goûter et d'une spécialité tokyoïte très branchée : la glace à l'intérieur d'une crêpe ! 





On tape la pause devant le Rainbow Bridge et la baie de Tokyo. Crispée vous dites? 




Et puis vient l'heure des sushis... 

Les plats, comme toujours au Japon, sont exposés en vitrine! Nous n'avons pas osé prendre de photos dans l'intimité de ce minuscule restaurant, et surtout, devant les cuisiniers qui s'affairaient sous notre nez... Alors voici exactement, pour de faux, ce que nous avons dégusté ce soir-là !



Et maintenant, promenons-nous (Non! Pas dans les bois, arrêtez donc avec vos blagues ridicules !) dans le quartier d’Asakusa ! Notre quartier quoi !
Flemmingite aiguë ou bien envie insoutenable de découvrir plus encore notre quartier résidentiel ? 
Je vous laisse vous faire votre propre idée sur la question ! Haem.
Quoi qu’il en soit, encore une bien belle balade et de gourmandes découvertes au programme ! C’est bien l’essentiel non ?

Pour tout vous dire, je crois que ce quartier est sans aucun doute le plus attachant et authentique de la capitale, avec ses maisons basses, ses échoppes et magasins traditionnels d’où s’exhale un parfum du vieux Tokyo, et ses restaurants typiques où l’on mange parfois à même le sol…

Après avoir fait un peu de shopping sur la Nakamise dôri, cette allée marchande conduisant au temple Sensô-ji et bordée de boutiques de souvenirs typiques de l’ancien Japon, nous nous éclipsons dans les rues parallèles - moins envahies par la foule - qui donnent un aperçu du Tokyo des années 1950.
Nous y trouvons un restaurant de ramen, ces délicieux bols composés de bouillons, nouilles japonaises et garnitures variées (légumes, viandes, crevettes, soja…) : probablement le meilleur que nous ayons mangé, non seulement du voyage, mais également de nos petites vies !!! 
Eh ouais, rien qu’ça les p’tits gars !











Puis, une fois repus, promenade digestive jusqu’à la Sky Tree, la tour la plus haute de toute la capitale, offrant non seulement une plateforme d’observation à son sommet (nous n’y sommes pas allés, le ciel étant totalement couvert et les tickets d’entrée à environ 25 euros… par personne!), mais aussi un gigantesque centre commercial à la japonaise, sur plusieurs étages, mêlant boutiques de mode, librairies, jeux vidéos, épiceries fines…  (chaque étage ayant sa spécificité bien évidemment).



Sur la route, nous croisons ce que l'on pourrait communément appeler chez nous, la kermesse de l'école ! Sauf qu'ici, cela ne se déroule pas dans la cour de récré mais au beau milieu d'une rue! Et v'là qu'on coupe la circulation et que rien ne va plus dans la capitale pour trente minus qui font leur fiesta ^^ Beaucoup de musique, de cris, de mini-japonais partout et de rires d'enfants : un régal pour les yeux !





Les étals de poissons au rez de chaussée de la Sky Tree

Et là... au premier étage... ô drame, ô hérésie : une boutique One Piece (clique si tu es un gros fan hystérique du manga)! Non que j'y tienne particulièrement pour ma part hein, mais pour Guillaume, là en revanche, c'était arrêt obligatoire ! 











Et encore des vitrines de pâtisseries et de gourmandises en veux-tu en voilà ! De tout et partout dans ce centre commercial !


Et voilà pour aujourd’hui les amigos !

Demain (ou après-demain, ou après-après-demain… oui bon, bientôt quoi, chipote pas je t'entends d'ici!), je vous emmènerai avec moi en vadrouille dans le quartier d'Ueno, puis dans celui de Ghinza, mais aussi à Nishhikokubunji (ne vous attendez pas pour cette dernière destination à un truc mirobolant, c’est probablement la plus grosse arnaque de toute l’histoire de l’arnaque… oui bon, j’exagère un tout petit peu, peut-être !).

Et puis pour terminer notre périple à Tokyo et dans ses alentours, dans un dernier article, je vous emmènerai… oh allez, je ne vous le dis pas, ce sera la surprise tiens !

Restez sur les ondes, je m’active aux commandes du blog, ça va swinguer et jazzer sur vos écrans les goélands !


ET PENDANT CE TEMPS, SUR INSTAGRAM...

© Moi je pérégrine. Design by Fearne.