Andalousie : El Rocio

29 septembre 2015






Me revoilà après une bien longue période d'absence dont on ne parlera pas même un court instant - non non j'insiste, on n'en parlera pas - pour finir de vous conter les pérégrinations andalouses que j'ai eu la chance de partager en mai dernier avec "el peregrino" (Guillaume quoi: ça lui va bien ce p'tit nom pas vrai?) et deux de nos meilleurs amis!

Nous nous étions arrêtés ici à l'incroyable visite de l'Alhambra, qui nous avait fait passer l'après-midi le souffle court et haletant, avec pour quasi seuls dialogues des séries de divers et discontinus "oh la la","truc de ouf","sa mère en short","j'veux me marier là, tu crois qu'on peut louer les jardins du Generalife si on gagne au loto?", "faudrait déjà qu'on joue au loto","oh la la", "c'est trop beau", "oh la la", "oh la la la", "oh la la la la la"...
C'est bon j'continue pas hein, vous avez pigé l'idée?

Nous étions repartis de Grenade le cœur léger, ensoleillé, joyeux! Heureux de partager ces beaux instants de voyage entre amis, c'est précisément dans cet état d'esprit que nous avions rejoint, le soir-même, le village blanc de mes cousins: Montellano
Directement arrivés, nous avions rejoint le bar "Los Cantaros": le repère en somme! Nous avions goûté à peu près à tous les tapas de la carte et bu environ trois-cent-cinquante verres de tintos-de-verano-con-limon-por-favor, nous avions baragouiné quelques mots et ri beaucoup, surtout!

Le lendemain matin était arrivé aussi vite que ce premier jour andalou était passé, et nous nous étions retrouvés en voiture, direction El Rocio!

Du Rocio, voici ce que je savais:
- les rues ne sont pas pavées
- il y a là-bas un pèlerinage énorme chaque année 
- ma Tatie Sylvie (coucouuuu Tatiiiiie, je sais que tu me liiiis) y est allée quelques jours avant moi et a eu l'air conquise
- mes cousins s'y rendent très souvent, avec ET sans clients, gage de confiance supplémentaire

... et ça s'arrêtait à peu près là.
Déjà, pourtant sans en connaître grand chose, je mourrais d'envie d'y aller, et je crois bien que j'avais réussi à contaminer mes compagnons de voyage!

Arrivés là-bas, grosse claque dans nos faces: c'est déjà la deuxième en deux jours, on tient un bon rythme (mais si souviens-toi, la veille nous étions à l'Alhambra, tu es un peu dissipé(e) je trouve hein)!
Et en effet, la ville a de quoi surprendre ses nouveaux visiteurs! Si je savais que les rues n'étaient pas pavées, je ne m'attendais pourtant bêtement pas à découvrir que l'intégralité des rues de la ville étaient totalement sablonneuses! Pas un seul millimètre, pas un seul microscopique petit morceau d'asphalte. Un véritable sol de western! Partout!
D'ailleurs lorsque nous arrivons, les maisons ont l'air vides, inoccupées, donnant au Rocio des allures de village fantôme, des allures d'Ouest américain, désert. Si ça peut t'aider tu peux t'imaginer la boule de poils qui traverse la ville endormie et écrasée par la chaleur du début d'après-midi dans Lucky Luke, c'est presque ça!
Nous le comprenons instantanément, la modernité n'a pas sa place ici. Devant chaque maison, un poteau pour attacher son cheval, à chaque coin de rue, une calèche, une robe de sévillane ou un cavalier portant fièrement son chapeau. 
L'ambiance est vraiment particulière et nous nous engouffrons dans la ville déjà séduits.
 
Pour nous rendre au Rocio, nous sommes passés par ce minuscule embarcadère qui nous a permis de traverser un petit canal sauvage... l'Andalousie profonde!


Pour finir de vous convaincre de passer par cet endroit magique si vous êtes en voyage en Andalousie, laissez-moi rajouter ceci...
En plus de tout ce que je vous ai déjà raconté précédemment, El Rocio jouit d'une situation complètement exceptionnelle, au cœur de la nature andalouse, devant de beaux marais où les flamants roses se rassemblent et où paraît-il, les cerfs viennent boire à l'aube...
Le cadre est somptueux et l'on resterait des jours assis ici pour déguster des tapas en regardant la vie se faire et se défaire autour de nous, ou pour observer la nature et nous recueillir, sur nous-même, sur les lieux, sur la vie en général... 

Mais je manque à tous mes devoirs! Je ne vous ai même pas encore expliqué l'essentiel, l'essence même du Rocio! Car si ce village est, existe et rayonne, ce n'est même pas grâce à toute cette magie naturelle et cette douceur de vivre qui se déploient devant nos yeux sidérés, non... c'est grâce à la présence, au sein de son église, de la Vierge du Rocio, qui attire chaque année des millions (oui oui, des millions, dans ce tout petit village de sable) de pèlerins au moment de la Pentecôte. 
Ici, on parle de la Romeria del Rocio, et pas une seule personne dans toute l'Espagne ne peut ignorer ce pèlerinage, le plus grand du pays.
Dans l'église, la Vierge est somptueusement représentée par une statuette en bois, parée d'une longue robe incrustée de joyaux, trônant au-dessus du maître-hôtel! Chaque jour, des dizaines de fidèles viennent se recueillir devant elle, et en particulier le weekend ; nous avons donc eu droit au ballet extraordinaire des andalous - jeunes et vieux - venus en troupeaux immortaliser leur"selfie" avec la Virgen, (et ce malgré les dizaines d'inscriptions "no fotos" que l'on trouve à peu près partout, à mourir de rire), aux petits bébés et enfants vêtus de leurs plus belles robes de baptême pour faire honneur à leur Dame, et à l'effervescence folle qui émane de cette église!
Du folklore pure et simple: l'Andalousie à son état le plus pur! Un régal pour les sens!

Je cite mon précieux guide touristique...
"A l'instar de la plupart des images sacrées de l'Espagne, Nuestra Señora del Rocio (également appelée La Blanca Paloma (la Blanche Colombe)) tire son origine d'une légende. Selon celle-ci, au XIIIe siècle, un chasseur originaire du village d'Almonte aurait trouvé une effigie de la Vierge dans un arbre des marais, et aurait décidé de l'emmener chez lui. Lorsqu'il s'arrêta pour se reposer, la Vierge serait retournée dans son arbre pendant son sommeil. Très vite, une chapelle fut érigée à l'emplacement de cet arbre et devint un lieu de pèlerinage".

Et après ces longues présentations, je vous laisse découvrir de vos propres yeux ce village fantastique... Belles pérégrinations au Rocio!
 
Taberna la Concha, bar à tapas que je vous conseille vivement, depuis lequel vous pourrez déguster tout ce que vous voulez assis face aux marais, aux chevaux, aux flamants roses ; ouais je sais, ça vend du rêve



Alors? 
C'est pas beau El Rocio? 
Hein que tu vas y aller toi aussi, quand t'iras en Andalousie, n'est-ce pas mon brave?

N'oublie pas que tu peux:
- cliquer sur une image pour toutes les visionner en diaporama, en plus grand, en plus beau
- me laisser un petit mot doux (ou pas doux après tout, si t'as pas envie d'être doux c'est ton business), tes impressions, une petite trace de ton passage ici, en commentaire, parce que ça me fait toujours un plaisir démesuré de te lire
- me suivre sur Instagram parce que j'y publie quotidiennement mes petites pérégrinations  
- t'abonner à la newsletter (tout en bas du blog, il suffit de rentrer ton adresse mail qui reste strictement confidentielle) pour ne rien rater des nouvelles pérégrinations ici-même
-  aller jeter un œil au site de mes cousins, qui sauront partager avec toi tout leur amour de l'Andalousie, hors des sentiers battus, si tu y pars en voyage

Je vous balance des gerbes de fleurs et de baisers au visage!
Ouais chui comme ça moi, et comme pour reprendre les bonnes habitudes, je vous dis:
A bientôt, pour de nouvelles pérégrinations!


ET PENDANT CE TEMPS, SUR INSTAGRAM...

© Moi je pérégrine. Design by Fearne.